En octobre 2014, 43 étudiants d’Iguala, au Mexique, disparaissaient. Un pays et le monde entier étaient choqués par cet événement. Quatre mois plus tard, les jeunes seront déclarés morts, tués par un gang mafieux local, les Guerreros Unidos.

Après s’être documenté auprès des familles des étudiants décédés, tous inscrits à ‘Ecole Normale Rurale de Ayotzinapa à Iguala, au Mexique, la photographe Adriana Zehbrauskas a réalisé un travail difficile à imaginer dans notre monde de plus en plus visuel : Mis à part les documents officiels et quelques images de téléphones portables, la plupart des familles n’avaient pas de photos de leurs êtres chers disparus.

« Non seulement ces familles ont été privées de leurs proches », raconte Adriana Zehbrauskas, « mais après quelques années, elles ne pourront même plus, pour certaines, garder leurs visages en mémoire. »

 

ZEHBRAUSKAS_FAMILY MATTERS08

(photos courtoisie d’Adriana Zehbrauskas)

C’est de ce constat qu’est née l’idée de Adriana Zehbrauskas. Avec le soutien du Getty Images Instagram Grant qu’elle a remporté en 2015, Adriana a créé des petits studios photo dans les différents villages liés à la tragédie et a pris des portraits de famille des habitants. Puis, elle leur a donné une version imprimée et a posté les images surInstagram pour qu’ils puissent partager ces photos avec leurs familles et leurs amis.

« Je pense qu’un portrait de famille est une forme d’étude anthropologique d’une période dans le temps. Il s’agit d’un outil pour préserver une histoire et conserver une mémoire,” dit-elle. “La plupart de ces gens n’avaient jamais été pris en photo auparavant. C’était important pour eux, parce que quelqu’un faisait attention à eux. Un très joli moment.”

ZEHBRAUSKAS_FAMILY MATTERS07

Adriana Zehbrauskas a été un destrois gagnants du Getty Images Instagram Grant, attribué à des photographes qui réalisent un travail d’information sur les communautés sous-représentées dans le monde. La nouvelle éditionde cette bourse est ouverte depuis le 15 mars.

« Cette bourse soutient les projets qui portent une vraie histoire, avec des cœurs qui battent dessous. Elle s’adresse aux personnes qui ont une véritable passion pour les choses qu’ils photographient « , commente la photographe Maggie Steber, juré l’an passé. « C’est vraiment merveilleux pour moi de découvrir des gens qui réalisent un travail extraordinaire dans l’ombre. Cela prouve vraiment leur implication. »

 

Pour Adriana Zehbrauskas, qui fera partie des jurés de cette édition 2016, cette bourse a permis de financer la poursuite de son projet et de laisser une trace durable dans ces communautés concernées. Elle a d’ailleurs prévu de retourner, bientôt, dans les villages afin d’organiser des ateliers photo pour les enfants et leur apprendre à prendre des photos avec leurs téléphones mobiles. Ils pourront ainsi récolter des images et créer leur propre histoire visuelle.

“C’est tellement gratifiant de pouvoir prendre ses photos et d’apprendre à leur tour aux enfants à faire de même,” raconte-t-elle. «Ces photos ne sont pas pour moi. Elles sont vraiment pour eux, et c’est cela qui compte. »

 

Les participations au Getty Images Instagram Grant sont ouvertes depuis le 15 mars. En savoir plus.