« La pluie commençait à tomber… et tous les photographes présents criaient « enlevez ce parapluie, virez ce type », car cela gâchait leur cliché. Mais pour moi, c’était vraiment la photo parfaite. »

– Le photographe Gareth Cattermole, de Getty Images, commente son cliché de l’actrice Reese Witherspoon sous la pluie

Basé à Londres, le photographe Gareth Cattermole fait partie de l’équipe Célébrités et mode chez Getty Images. Il travaille pour la société depuis plus de 12 ans. Spécialisé dans la mode et les portraits, Gareth possède une solide expérience dans les secteurs de la mode et du divertissement. Il a couvert à de nombreux événements majeurs au cours de sa carrière, notamment toutes les Fashion Weeks de Londres depuis 13 ans. Mais aussi : les Fashion Weeks de Paris, Berlin et New York, ainsi que les festivals de Cannes, de Rome, de Venise, de Dubaï et de Londres… Gareth a également beaucoup travaillé lors des MTV Awards, des Brit Awards et des BAFTA.

Il est à l’origine de la collection de clichés « Vision alternative » de Getty Images qu’il développe désormais. Il y aborde le cliché sous un angle créatif particulier en employant des techniques de post-production pour créer un résultat visuel étonnant qui offre un regard différent sur un événement.

 

Comment avez-vous débuté votre carrière dans la photo ?
Je n’ai jamais obtenu de très bons résultats scolaires ; je préférais l’art et passer du temps dehors. Rester assis pour apprendre, c’est quelque chose que je n’ai jamais su faire. En dehors des cours d’art, je me sentais profondément frustré à l’école, jusqu’à ce qu’un professeur me fasse découvrir la photographie.

J’ai alors suivi des études pour obtenir un BTEC (NDLR : diplôme anglais professionnalisant) au West Herts College de Watford. Lors de ma dernière année d’études, alors que je faisais du shopping avec mes parents, mon père a acheté un exemplaire du British Journal of Photography et a repéré une annonce de l’agence Big Pictures qui recherchait des photographes de célébrités. Je n’étais pas particulièrement enthousiasmé par cette idée, car je ne m’intéressais pas vraiment aux célébrités. Mais ma mère et mon père m’ont dit : « Parfois, tu dois faire des choses qui ne t’intéressent pas pour arriver là où tu le souhaites. » J’ai donc passé un entretien. J’étais très jeune et je n’avais aucune expérience, mais ils m’ont appelé directement et m’ont confié le poste. Je leur serai éternellement reconnaissant de m’avoir donné cette chance. Tout ce que je voulais, c’était prendre des photos tous les jours.

J’ai travaillé pour cette agence pendant près de trois ans. J’ai beaucoup voyagé et j’ai appris énormément de choses sur le métier de paparazzi. Je n’ai pas honte d’en parler. J’ai quitté l’agence en 2002 lorsque j’ai rejoint Getty Images qui m’avait chassé. Je fais partie de l’équipe depuis cette date.

Aviez-vous un mentor à vos débuts et que vous a-t-il appris ?
J’ai eu plusieurs mentors au long de ma carrière. Mais les deux plus importants à mes yeux sontMJ Kim etAndy Zakeli, deux photographes exceptionnels. Andy et moi avons travaillé ensemble lorsque j’étais chez Big Pictures. Il m’a beaucoup appris sur la manière de faire face aux frustrations du métier, à transformer les inconvénients en avantages et faire en sorte que les choses marchent. Il m’a énormément épaulé, tout au long de ma carrière. Il est pour moi l’un des meilleurs photographes en Australie.

MJ Kim était mon photographe référent chez Getty ; il m’a appris presque tout ce que je sais aujourd’hui : de l’éclairage aux aspects techniques, en passant par les relations avec les clients. Lorsqu’il a rejoint Getty, il m’a pris sous son aile : nous avons travaillé et voyagé à travers le monde ensemble. Il m’a enseigné l’importance d’être un bon gestionnaire.

Et certainement les plus importants, mes parents m’ont toujours soutenu et approuvé mes décisions. Ils ont toujours été là pour moi. C’était très difficile au début et ça n’a pas été simple tout au long de ma carrière. Mais mes parents ont toujours été de mon côté et je n’en serais certainement pas là aujourd’hui sans toutes ces personnes.

Quelles leçons importantes avez-vous apprises au début de votre carrière ?
J’ai commencé à travailler comme paparazzi, donc tout ce que j’ai appris était axé sur ce type de travail. Prendre les photos n’était pas vraiment la partie difficile du métier. Le plus dur, c’était d’apprendre à se positionner correctement pour prendre les clichés, ce que j’ai dû apprendre à maîtriser très rapidement. Vous apprenez également à être invisible. C’est ce qui vous permet d’obtenir les meilleures photos. Je n’ai jamais eu honte d’exercer ce métier, car, en réalité, j’utilise désormais ces compétences dans mon travail au quotidien. Lorsque je prends des clichés en coulisses, j’essaie de me fondre dans la foule et de rester invisible. Cela me permet de saisir des expressions plus naturelles sur les photos.

J’ai également appris que le conseil de mes parents était fondé, à savoir que l’on doit parfois faire des choses qui ne nous intéressent pas pour arriver là où on le souhaite. Je n’ai jamais rêvé de devenir paparazzi, mais c’est ce qui m’a permis de percer dans le milieu et j’ai saisi cette chance. De nos jours, avec les appareils photo numériques et les réseaux sociaux, pratiquement tout le monde peut se targuer d’être photographe, mais moi j’ai dû me constituer un portfolio imprimé pour chercher du travail. J’ai eu de la chance de décrocher un emploi dès mon premier entretien.

N’essayez pas de courir avant de savoir marcher : prenez le temps d’apprendre votre métier auprès de ceux qui ont de l’expérience. N’oubliez pas l’importance du respect, et sachez faire preuve d’humilité.

Quel conseil reçu à vos débuts continuez-vous à appliquer ?
Le conseil le plus important que j’ai reçu m’a été transmis par MJ Kim lorsqu’il m’a indiqué l’importance d’être un bon gestionnaire. J’ai appris que le fait d’être un bon gestionnaire représentait 70 % du travail, la photographie les 30 % restants. Même si vous êtes le photographe le plus talentueux au monde, si vous n’arrivez pas à traiter avec les gens ou si vous n’êtes pas capable de trouver une place en coulisses à un défilé de mode parce qu’une attachée de presse vous donne du fil à retordre, vous n’aurez aucun cliché. Vous devez être à l’aise avec les gens, nouer des relations et comprendre que les bons photographes ne se contentent pas de leur talent : c’est leur personnalité qui leur permet d’accéder aux meilleurs endroits.

Continuez-vous à apprendre aujourd’hui ?
J’apprends chaque jour. MJ avait l’habitude de me dire qu’en tant que photographes, nous ne cessons jamais d’apprendre, et que pour vraiment réussir, nous ne devons jamais arrêter.

Nous devons apprendre à maîtriser de nouvelles techniques et de nouveaux procédés pour nous perfectionner et améliorer notre travail. J’ai encore plusieurs mentors, en particulier au sein de Getty Images, qui m’aident de diverses manières.

MJ est toujours mon mentor en chef, c’est la personne vers laquelle je me tourne lorsque j’ai besoin de conseils. Il vit à Los Angeles maintenant, mais nous discutons régulièrement. Internet est également une excellente source d’information. J’aime visionner des vidéos publiées sur YouTube et lire des billets sur des blogs concernant de nouvelles techniques ou un nouveau kit de photographie, ou encore visionner de vieux documentaires et interviews avec des photographes pour trouver l’inspiration et continuer à apprendre.


 

Découvrir les dernières créations de Gareth Cattermole sur Getty Images

 

Pour en savoir plus, rendez-vous sur garethcattermole.com